BurÔpoème : évasions

Quand tombe le soir
Quand le désespoir
Fait broyer du noir

Alors, je m’évade, encor et encor…

Tel le Monarque papillon
Survolant vals et monts
Dans la gloire du couchant
Vers des cieux plus cléments

Telle la baleine bleue
Plongeant dans les courants
Chantant dans les océans
Vers les bleus des mers du sud

Telle l’hirondelle à tire-d’aile
Volant vers l’Afrique lointaine
Pour en atteindre les plaines
Immensités aux chaleurs souveraines

Tels les troupeaux de caribous
Parcourant les espaces du nord
Vers d’infinis pâturages
Et l’abri des forêts éternelles

Tels les nuages effilochés
Dans la splendeur de l’azur
Auréolés d’or par le soleil
Voguant encor et encor vers le futur

Photo de Mike Doherty sur Unsplash

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.